MP_1847_LCSMportrait

 

Les portraits de Louis-Claude de Saint-Martin
Petite biographie chronologique de Louis-Claude de Saint-Martin

Le blason dit de Saint-Martin

Les prtraits

Les portraits de Louis-Claude de Saint-Martin

Il existe quelques portraits du Philosophe inconnu.
Le Site Le Philosophe inconnu a consacré tout un dossier aux différents portraits de LCSM. Robert Amadou a publié dans les Cahiers de la Tour Saint Jacques (n° II-III-IV, 1960, p. I-XII), l' "Iconographie de Louis-Claude de Saint-Martin"

Nous publions ici trois portraits de notre philosophe :

- Celui du Magasin Pittoresque en 1847,
- celui paru dans la réédition des Nombres par Louis Schauer en 1861 et
- celui publié par Stanislas de Guaita.

1. Le Magazine pittoresque

Ce portrait de Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1804) a été publiée dans Le Magasin pittoresque, 1847, p. 216 (exemplaire de la BNF).MP_1847_LCSMportrait

Robert Amadou précise différents points :

  • L'auteur de la gravure est Adolphe Gusman (1821-1905)

  • M. Tournyer, d'Amboise, propriétaire du dessin est un des fils de Nicolas Tournyer (+ 1840), cousin et disciple de Saint-Martin, éditeur de ses Œuvres posthumes.

  • Ce dessin représente Saint-Martin aux environ de 1780, selon R. Amadou. Saint-Martin était alors âgé de 37 ans

  • Les deux vers écrits au dos du portrait seraient de Nicolas Tournyer père.

Lorsque nous avons publié en 1845 (p. 330 et 357) une notice sur le philosophe Saint-Martin, nous avons cherché vainement un portrait de cet homme estimable. M. Tournyer, d’Amboise, parent du philosophe inconnu, nous communique aujourd’hui un petit portrait à la mine de plomb et lavé d’un peu de couleur, religieusement conservé dans sa famille ; c’est un profil de Saint-Martin à l’âge de dix-huit ou vingt ans. Les disciples du théosophe ignoraient l’existence de ce précieux souvenir. Nous sommes certains de leur procurer une vive satisfaction en mettant en lumière ce portrait qui pourra contribuer à rendre leur maître plus connu. La copie que nous donnons est très fidèle et de la dimension même de l'original. La naïveté et la simplicité du travail semblent garantir dans ce dessin la qualité la plus importante, la ressemblance. L’expression douce, honnête, bienveillante de la bouche et des yeux s’accorde d’ailleurs parfaitement avec le caractère des ouvrages et de la doctrine de Saint-Martin. Derrière le portrait on a écrit ces vers :

Il fut aimé de Dieu, il fut l'ami des hommes,
Philosophe inconnu dans le siècle où nous sommes.

2. Lithographie tiré du cabinet de Mr Matter à Strasbourg

LCSM_portrait-matter

Ce portrait est une lithographie de Ch. Vernier (1831-1887) et a paru en frontispice de la réédition des Nombres de Saint-Martin publiée par Louis Schauer à Paris en 1861 (Dentu).

La légende précise : "Tiré du Cabinet de Mr Matter"

Dans la préface du livre, Jacques Matter écrit : "Pour moi, depuis longtemps en possession du plus beau des portraits que je connaisse, je n'ai pas hésité à le confier aux éditeurs de ce volume pour en tirer un certain nombre de copies. Tenant ce portrait d'une personne que Saint-Martin honorait d'une amitié dévouée, je dois en conserver la propriété par une déclaration publique".

La personne à laquelle J. Matter fait allusion est Marguerite-Salomé Saltzmann.

Cette miniature a été donnée par Saint-Martin à Mme Saltzmann, "femme d'un grand caractère, d'une rare prudence et plus sceptique que croyante, mais pleine d'admiration pour la séduisante humilité du mystique " (Jacques Matter, Saint-Martin le Philosophe Inconnu, Paris Didier 1861, p. 161).

Rappelons que Jacques Matter (+1863) était le petit-fils de Frédéric-Rodolphe Saltzmann et de Marguerite Salomé , née Müller.

3. La gravure de Louis-Claude de Saint-Martin publiée par Stanislas de Guaita

guaita_smElle se trouve dans le tome II d'Essais de sciences maudites, Le serpent de la genèse, première septaine (Livre I) Le temple de Satan. Paris, librairie du Merveilleux, 1891, entre les pages 324 et 325. Sur la même page se trouve le portrait de Jacques Cazotte (1719-1792).

Dans l'édition de 1915, chez Hector & Henri Durville, elle se trouve entre les pages 330 et 331, toujours accompagnée de celle de Jacques Cazotteguaita_cazotte

Description

Reproduction d'un portrait très rare, au physionotrace, gravé en 1801. Autour de la gravure, on peut lire : « dess. p. Fouquet ; gr. p. Chrétien inv. du physionotrace (dessin par Fouquet ; gravé par Chrétien), Cours St-Honoré à Paris ». Dominique Clairam

Portrait de Jacques Cazotte, gravure de Masson, reproduite avec l'autorisation gracieuse de l'éditeur, M. Quantin.

« Les hommes ne sont pas encore assez sages. Ils ne savent pas qu'il faut séparer toute espèce de religion de toute espèce de gouvernement; que la religion ne doit pas plus être une affaire d'État que la manière de faire la cuisine ; qu'il doit être permis de prier Dieu à sa mode, comme de manger suivant son goût ; et que, pourvu qu'on soit soumis aux lois, l'estomac et la conscience doivent avoir leur liberté entière. Cela viendra un jour, mais je mourrai avec la douleur de n'avoir pas vu cet heureux temps. »

Voltaire le 19 mars 1765 à son ami Bertrand, Pasteur à Berne.

Aller au haut