Petite biographie chronologique de Louis-Claude de Saint-Martin

1843, 18 janvier : naissance à Amboise (Indre et Loire – 37) de Messire Claude-François de Saint-Martin, sieur de la Borie et du Buisson et de Louise Tournier.

1843, 19 janvier : Baptisé en l’Église Notre-Dame-en-Grève et Saint Florentin d’Amboise.

1846 : décès de sa mère.

1849 : remariage de son père avec Marie Anne Trezin.

1755-1759 : études au collège de Pontlevoy.

1759-1762 : études à la Faculté de Droit de Paris où il obtient une licence.

1762, 9 août : réception de Saint-Martin.

1764 (automne) – 1765 (avril) : obtient l’office d’avocat du roi au siège présidial de Tours. Donne sa démission.

1765-1771 : obtient, grâce au duc de Choiseul, un brevet de sous-officier au régiment de Foix-Infanterie.

1768 : entre le 25 novembre et le 15 décembre, est reçu « Commandeur d’Orient » par Grainville et Bory de Balzac. Rencontre Martines de Pasqually.

1769 : promu lieutenant. Passe ses quartiers d’hiver auprès de Martines de Pasqually, fondateur et Grand Souverain de l’Ordre des Élus Cohen, son premier Maître.

1771 : quitte l’armée et succède à l’abbé Fournié comme secrétaire de Martines de Pasqually.

1772, 17 avril : ordonné Réau+Croix par Martines.

1773 : s’installe chez Willermoz à Lyon.

1774 : 1er voyage en Italie avec le frère de Willermoz, Jacques, médecin.

1775 : publication de son premier livre : Des Erreurs et de la Vérité.

1782 : publication du Tableau naturel qui existent entre Dieu, l’Homme et l’Univers.

1783 : Mémoire à l’Académie de Berlin.

1785 : séjour à Lyon.

1786 : retour à Paris.

1787 : voyage à Londres.

1788 : 2d voyage en Italie. Séjour à Strasbourg.

1790 : publication de L’Homme de désir.

1791 : départ de Strasbourg et retour à Amboise pour soigner son père.

1792 : parution de Ecce Homo et de Le Nouvel Homme. 1èr échange de lettre avec Kirchberger (28 mai).

1793 : mort du père de Saint-Martin

1794 : nommé à l’École Normale à Paris.

1795 : Controverse avec Garat.

1796 : publication de : Lettre à un ami, ou Considérations politiques, philosophiques et religieuses sur la révolution française ; Le Nouvel Homme.

1797 : publication de : Éclair sur l’association humaine ; Réflexions d’un observateur sur la question proposée par l’institut : Quelles sont les institutions les plus propres à fonder la morale d’un peuple.

1798 : publication de : Le Crocodile ou La 'Guerre du bien et du mal arrivée sous le règne de Louis XV, poème épico-magique en 102 chants. Réflexions d’un observateur sur la question proposée par l’institut : Quelles sont les institutions les plus propres à fonder la morale d’un peuple.

1799 : publication de : De l’influence des Signes sur la pensée, inséré d’abord dans Le Crocodile. Essai sur cette question proposée par l’institut : Déterminer l’influence des signes sur la formation des idées.

1800 : parution de : De l’esprit des choses. Traduction de l’Aurore naissance de Jacob Bœhme.

1801 : parution de : Le cimetière d’Amboise. Discours en réponse au citoyen Garat, professeur d’entendement humain aux écoles normales, sur l’existence d’un sens moral, etc., imprimé dans la Collection des Débats des écoles normales, an 1801, tome III.

1802 : parution de : Le Ministère de l’Homme-Esprit.

1803 : janvier : rencontre avec Chateaubriand à « la Vallée aux Loups ».

1803, 14 octobre : mort de Saint-Martin à Aulnay chez ses amis Lenoir Laroche.

« Les hommes ne sont pas encore assez sages. Ils ne savent pas qu'il faut séparer toute espèce de religion de toute espèce de gouvernement; que la religion ne doit pas plus être une affaire d'État que la manière de faire la cuisine ; qu'il doit être permis de prier Dieu à sa mode, comme de manger suivant son goût ; et que, pourvu qu'on soit soumis aux lois, l'estomac et la conscience doivent avoir leur liberté entière. Cela viendra un jour, mais je mourrai avec la douleur de n'avoir pas vu cet heureux temps. »

Voltaire le 19 mars 1765 à son ami Bertrand, Pasteur à Berne.

Aller au haut