armide 3Je connais depuis longtemps le patchwork, cet art fait de tissus assemblés multicolores, souvent à forme géométrique.

Le jour où j'ai rencontré Ildiko Français, j'ai découvert l'art textile!

Mais au-delà de la conception du tissu, de sa réalisation, de l'assemblage de tous ces tissus, il se dégage de chaque création d'Ildiko, un je ne sais quoi qui permet d'affirmer que toutes ses créations sont de vraie oeuvres d'art !

C'est avec ce "quilt" Jeux d'eau dans les jardins d'Armide que j'ai découvert les arts textiles et, surtout, tout le talent de Ildiko Français.

armide bis

Ces photos ont toutes été prises lors d'une exposition à Levens, à la Maison du Portal, avec Jean-Pierre AUGIER, sculpteur

Francais 04

C'est une grande dame de l'art textile qui expose en ce moment à la maison du Portal. Ildiko Français, d'origine hongroise, épouse d'un diplomate français avec qui elle a parcouru le monde, crée avec une passion quasiment dévorante ses compositions textiles.

Est-ce pour rattraper le temps perdu que l'artiste s'acharne ainsi au travail ?

Peintre, Ildiko Français ne se souciait jusqu'au début des années quatre-vingt-dix que de collectionner, pour la beauté de leurs couleurs et de leurs matières, des morceaux d'étoffes trouvés dans tous les continents.

Il n'y a pas six ans, sa propre fille, au Canada, l'initie au patchwork. Elle voit d'un coup ce qu'elle peut faire de tous les tissus accumulés. Elle assimile la technique des quilteuses et, s'affranchissant du patchwork, crée rapidement des tableaux textiles originaux.

Francais 06

Ainsi, depuis 1994, elle expose aux États-Unis, en France, en Autriche, au Japon. Les revues internationales spécialisées vantent son talent, les quilteuses l'admirent. Sa collaboration avec l'atelier de patchwork de Levens nous vaudra certainement, cet été, quelques réalisations très inspirées.

Francais 01


Au Portal, vingt-cinq oeuvres créent une atmosphère ouatée, chaleureuse. Ildiko Français ne se contente pas d'utiliser les tissus existants : avant de les assembler, elle traite elle-même les soies, les cotons. Elle les teint, les peint ou, passionnée de photo, leur transfère ses propres clichés. Cela donne d'exubérantes compositions multicolores, figuratives, symboliques, et aussi abstraites. Certaines débordent de leur cadre comme des bas-reliefs.

Les titres, à l'élaboration desquels son mari n'est pas étranger, complètent ces oeuvres d'une note poétique extrêmement juste et donnent une clef pour leur appréhension :

Vents sur la plage, (hommage à Max Ernst), La Reddition de la nuit, Les Idoles aux soies déchiquetées, Jeux d'eau au Jardin d'Armide, Les Orchidées captives, La Porte du millénaire, La Forêt « illunée », Nocturne sur New York...

Francais 07

Parmi les oeuvres exposées, six sont des patchworks tels qu'on les identifie à leurs dessins répétés, témoins de la technique assimilée dans les premières années.
Les autres sont le fruit d'une inspiration, d'une inventivité, d'un art généreux qu'il faut aller contempler.


Dans l'œuvre d'Idilko Français un tableau marque une rupture entre le patchwork proprement dit comme on peut le voir avec la photo précédente. Il s'agit de "La reddition de la nuit" Mai 1996 qui véritablement marque le passage vers les arts textiles que j'ai vu pour la première fois en 1999 lors d'une exposition personnelle au Festival des Arts de Caillan (83).

Francais 02


 

Aller au haut