revue droit international 1910aErnest Nys (1851-1920) Joseph de Maistre et Louis-Claude de Saint-Martin.
Partie I. Joseph de Maistre et Lamennais

Nys Ernest 21a

Revue de droit international et de législation comparée. Éditeur : Belinfante (La Haye). Deuxième série – Tome XII, 1910, p.215-235. - Les titres sont du webmestre.

Ernest Nys (1851-1920)

Auteur entre autres, de Idées modernes. Droit international et Franc Maçonnerie Bruxelles, 1908. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k95798h

 

revue droit international 1910aErnest Nys (1851-1920) Joseph de Maistre et Louis-Claude de Saint-Martin

Revue de droit international et de législation comparée. Éditeur : Belinfante (La Haye). Deuxième série – Tome XII, 1910, p.215-235. - Les titres sont du webmestre.

II. Joseph de Maistre Franc-maçon

Au début de sa carrière, Joseph de Maistre se prononça en faveur des réformes que la politique royale essayait d'introduire en Savoie comme en Piémont. Sans doute, les mesures proposées n'étaient pas de nature à effaroucher même de timides esprits ; il s'agissait d'affranchissements successifs de droits féodaux et d'une répartition équitable des impôts; mais les partisans décidés de l'absolutisme les blâmaient. Le jeune magistrat les approuva. En des discours prononcés en des solennités, il critiqua le gouvernement des prêtres et il fit du moyen âge une peinture assez sombre, montrant la féroce indépendance des nobles, l'influence illimitée du clergé, l'ignorance des uns et des autres. Encore en 1797, il s'éleva contre l'emploi de la torture. « Les opinions du comte de Maistre, écrit au sujet de ces idées de jeunesse son fils Rodolphe, étaient pour ces libertés justes et honnêtes qui empêchent les peuples d'en convoiter de coupables.

 

revue droit international 1910aErnest Nys (1851-1920) Joseph de Maistre et Louis-Claude de Saint-Martin

Revue de droit international et de législation comparée. Éditeur : Belinfante (La Haye). Deuxième série – Tome XII, 1910, p.215-235. - Les titres sont du webmestre.

III. Mysticisme

Au milieu du XVIIIe siècle, un puissant courant de mysticisme et de théosophie se produisit au sein de la franc-maçonnerie. Il se rattachait aux rose-croix, aux sectes du moyen âge, aux premiers siècles du christianisme et, par delà, aux vieilles croyances de la Grèce et au lointain Orient.

Les rose-croix sont un sujet d'étude fort curieux. L'appellation date, semble-t-il, des premières années du XVIIe siècle. Y eut-il une association unique dont les membres se transmettaient de mystérieuses connaissances ? Les rose-croix formèrent-ils différents groupes ? Agissaient-ils isolés ?

 

revue droit international 1910aErnest Nys (1851-1920) Joseph de Maistre et Louis-Claude de Saint-Martin

Revue de droit international et de législation comparée. Éditeur : Belinfante (La Haye). Deuxième série – Tome XII, 1910, p.215-235. - Les titres sont du webmestre.

IV. Maistre et la Révolution

Au troisième siècle de notre ère, Origène remit en honneur, dans le monde chrétien, le dogme de la déchéance. « Participant à leur naissance de la perfection du Créateur, disait-il, les créatures s'éloignèrent de Dieu et elles furent punies ; mais le châtiment même fut providentiel ; dans leur dégradation, les créatures possèdent les moyens de se rapprocher du bien ; il leur est possible de se rétablir dans la perfection première et Satan lui-même sera sauvé. »

 

revue droit international 1910aErnest Nys (1851-1920) Joseph de Maistre et Louis-Claude de Saint-Martin

Revue de droit international et de législation comparée. Éditeur : Belinfante (La Haye). Deuxième série – Tome XII, 1910, p.215-235. - Les titres sont du webmestre.

V. - Conclusion

Il est un dernier point qu'il importe de signaler. Si le Philosophe inconnu ne se montre pas fort enthousiaste des savants en général et s'il leur reproche d'avoir « tellement défiguré la nature que ce miroir est devenu méconnaissable entre leurs mains », Joseph de Maistre agit en adversaire décidé de l'étude des sciences naturelles.

On ne se rend pas suffisamment compte de l'impulsion que donnèrent les loges maçonniques à l'étude des sciences naturelles. Non seulement elles ouvrirent leurs ateliers à quiconque s'occupait de recherches ou s'intéressait aux discussions, mais elles constituèrent dans nombre de villes, pour le monde profane, des sociétés littéraires, des cabinets de lecture, des associations scientifiques.

 

Maistre RussieQuatre chapitres inédits sur la Russie, par le comte Joseph de Maistre

Publiés par son fils le comte Rodolphe de Maistre. Paris. Librairie d’Aug. Vaton, éditeur, rue du Bas, n° 50 - 1859

Chapitre quatrième. De l’illuminisme, pages 91-128

Ce mot d’illuminé trompe nécessairement une foule d’hommes, parce qu’il signifie, dans les conversations ordinaires, des choses absolument différentes. Un franc-maçon ordinaire, un martiniste, un piétiste, etc., etc., et un disciple de Weishaupt se nomment communément, dans le monde des illuminés. Il serait cependant difficile d'abuser davantage des termes et de confondre des choses plus disparates. Mais comme il est possible de renfermer sous ces trois dénominations tous ceux qu’on appelle vulgairement illuminés, elles serviront de division à ce chapitre.

 

soirees21821 – Joseph de Maistre - Les Soirées de Saint-Petersbourg - Tome second - Onzième entretien

Les soirées de Saint-Petersbourg ou entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence suivis d'un traité sur les sacrifices: suivis d'un traité sur les sacrifices.

Par M. le comte Joseph Marie de Maistre,

Ancien ministre de S. M. le roi de Sardaigne à la cour de Russie, Ministre d’État, régent de la grande Chancellerie, membre de l’Académie royale des sciences de Turin, Chevalier Grand-Croix de l’Ordre religieux et militaire de S. Maurice et de S. Lazare.
Imprimerie de Cosson - Paris. Librairie grecque latine et française, rue de Seine, n° 12 - M DCCCXXI

 

soirees11821 – Joseph de Maistre - Les Soirées de Saint-Petersbourg - Tome premier

Les soirées de Saint-Petersbourg ou entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence suivis d'un traité sur les sacrifices: suivis d'un traité sur les sacrifices.

Par M. le comte Joseph Marie de Maistre,
ancien ministre de S. M. le roi de Sardaigne à la cour de Russie, ministre d’État, régent de la grande Chancellerie, membre de l’Académie royale des sciences de Turin, Chevalier Grand-Croix de l’Ordre religieux et militaire de S. Maurice et de S. Lazare.
Imprimerie de Cosson - Paris. Librairie grecque latine et française, rue de Seine, n° 12 -
M DCCCXXI

Aller au haut